Part of a Whole

My name is Nicolas Steenhout.
I speak, train, and consult about inclusion, accessibility and disability.

High Elderly Suicide Rate

A recent article on the Manawatu Standard talks about a spike in suicide among men aged 85 or more. Loneliness and isolation have been named as leading causes of such suicide. At the same time New Zealand’s parliement has a “Physician assisted suicide” bill awaiting to be balloted. I see a trend here, and I don’t like it.

Version française au bas de la page.

Lonely and Infirm Opt for Death as Way Out describes how "loneliness and isolation could be the leading factor in the high suicide rate of elderly men". New Zealand Chief Coroner released a report on 26 August which shows that the suicide rate of men age 85 or older is higher than any other age groups or gender. Age Concern, an organisation promoting the rights, wellbeing and quality of life of our elders points out that the lack of public transit leads to increased isolation for older people. Age Concern further points out that with age-related ill health and the death of a spouse, life can be increasingly difficult for our elders. Age Concern also points out that elders don’t want to be a burden and "bottle it up".

It would be interesting to know if the suicide rate would be the same if our elders weren’t depressed due to isolation and ill health. If we could provide the right services, would we see a decrease in the elder suicide rate? I suspect we would.

The End of Life Choice Bill provides individuals with a choice to end their lives and to receive medical assistance to die under certain circumstances:

  • Person must be mentally competent
  • Person suffers from a terminal illness likely to cause death within 12 months, or
  • Person suffers from an irreversible physical or mental condition that in the person’s view renders his or her life unbearable.

Ipso facto, neither of the last two prongs necessary apply to an elderly person, although they might. Yet, I can only imagine that severe depression leads to suicide. I am not a doctor, my impression is merely that of a lay person. And in the case of our suicidal elders, that depression is triggered at least in part by feeling isolated, lonely, and feeling like they have no choice. They don’t want to be a burden.

How is that so different from other people who could meet the criterias of the bill? How many people eligible for assisted suicide through this bill would opt for living instead of dying if we were to provide the right support for LIFE, instead of death?

I am sad to read about so many elders who feel they have no choice but to kill themselves. I am afraid that many more people will die if the NZ End of Life Choice Bill becomes law.

Instead of making it easier to seek assistance to die, why don’t we focus on making it easier to receive appropriate services?

Version française

Un article récent dans le journal Manawatu Standard parle d’une hausse du taux de suicide parmis les hommes âgés de 85 ans et plus. Deux causes importantes semblent être la solitude et l’isolation. En même temps, le Parlement néo-zélandais a un projet de loi pour le suicide assisté qui attend d’être tablé. Je vois une tendance, et je ne l’aime pas du tout.

L’article Lonely and Infirm Opt for Death as Way Out (Les personnes seules ou infirmes choisissent la mort) décrit comme la solitude et l’isolation seraient des facteurs important dans le haut taux de suicide des hommes âgés. Le coroner principal de la Nouvelle-Zélande a publié un rapport le 26 août qui montre que le taux de suicide des hommes âgés de 85 ans ou plus est plus haut que n’importe quel autre groupe. Age Concern, un organisme qui promouvoit les droits des personnes âgées, ainsi que leur qualité de vie, dit que le manque de transport publique mène à une isolation plus grande des personne âgées. Age Concern dit aussi que les maladies reliées au vieillissement, ou la mort d’un époux rendent la vie des personnes âgées plus difficile. Finallement, Age Concern dit que les personnes âgées ne veulent pas être un poid sur leur famille ou la société, et qu’ils tendent à garder tout ça "à l’intérieur".

Ce serait intéressant de savoir si le taux de suicide resterait le même si les personnes âgées n’étaient pas déprimées à cause de la solitude et d’un pauvre état de santé. Si nous pouvions donner les services corrects, verrions-nous le taux de suicide de nos aînés réduire? Je crois bien que si.

Le End of Life Choice Bill (projet de loi du choix de la fin de vie) offre un choix pour terminer leur vie, et recevoir l’assistance d’un médecin dans certaines conditions.

  • La personne doit être compétente mentalement
  • La personne doit souffrir d’une maladie en phase terminale qui leur laisse 12 mois de vie, ou
  • La personne doit souffrir d’une condition physique ou mentale irreversible qui, d’après la personne, rend la vie pas vivable

Ipso facto, ces deux dernières conditions ne s’appliquent pas nécéssairement aux personnes âgées, mais elle le pourraient. J’imagine que le suicide suit la dépression. Je ne suis pas médecin, cette impression n’est que l’impression d’une personne du publique. Et dans le cas de nos aînés suicidaires, cette dépression est reliée au moins en partie à cause de sentiments de solitude, et qu’ils n’ont pas de choix. Ils ne veulent pas être un poid mort.

Est-ce vraiment tellement différent des personnes qui répondent aux conditions du projet de loi? Combien de gens éligibles pour le suicide assisté choisiraient la vie plutôt que la mort si il y avait des supports pour la VIE plutôt que la mort?

Je suis triste de lire cette histoire de tant d’aînés qui croient n’avoir d’autre choix que de se tuer. Je suis effrayé à l’idée que beaucoup plus de gens mourraient si ce projet devient loi.

Au lieu de faciliter l’aide à mourir, pourquoi ne travaillons-nous pas à rendre la vie plus façile?