Part of a Whole

Mon nom est Nicolas Steenhout.
Je présente, forme, et consulte au sujet de l’inclusion, de l’accessibilité et du handicap.

UQAT Paye Pour Le Soccer Avant La Sécurité des Étudiants Handicapés

Le terrain de stationement de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue n’est pas très utilisable (ni sécuritaire) pour les personnes en fauteuils roulant. Cela n’est pas le seul problème d’accès à l’université. Je crois qu’il y a des étudiants qui se sont cassé la tète depuis trois ans a essayé de régler ces problèmes. Ils n’ont pas réussi à changer grand-chose.

See English version.

Parmis ces problèmes sont:

  • Le seul stationement pour personnes handicapées est du mauvais côté d’une rue à sens-unique (cela cause de gros risque en enlevant ou mettant le fauteuil dans la voiture, et avec le traffique);
  • Devoir stationner de l’autre côté de la rue (traverser la rue en hiver, la “saison scolaire” au Québec, est au mieux dangereux);
  • Pas de troittoirs (le stationement pour personnes handicapées doit ètre sur une “route accessible”, en autres mot, ne doit pas forcer l’utilisation de la rue pour le chemin);
  • Nids-de-poule dans la rue, particulièrement devant la coupe du trottoir (souvent rempli d’eau quand il pleut, ou de neige et de glace en hiver);
  • La neige n’est pas complètement enlevée en hiver (une couche de neige est souvent laissée, particulièrement à cause des nids-de-poule, cela cause des trappes pour les fauteuils roulants, ou les personnes utilisant cannes et béquilles);
  • La neige n’est pas enlevée rapidement, ni complètement durant et après les tempètes de neige des rampes d’accès (une couche de snow compactée est laissée sur la surface, tournant en glace, rendant la rampe dangereuse ou inutilisable).

Ces problèmes ont été porté à l’attention de différents départements à l’université. Ces départments ont bien promi de régler les problèmes. Ils ont mème offert un compromis, mais comme le compromis n’est pas acceptable, les problèmes ne sont pas réglé, 3 ans plus tard. Le compromis, si je comprends bien, et que l’étudiant peut utiliser une zone de chargement comme stationement. Seulement, cette zone et souvent utilisée par d’autres étudiants. Et en hiver, entre la mauvaise qualité de la rue et les problèmes de neige, cette zone n’est typiquement pas utilisable.

Hier, j’ai appris que l’université a décidé de réparer leur terrain de soccer. À cause de cela, ils suspendent les travaux pour rendre le terrain de stationement plus accessible et sécuritaire, parce que les travaux sur le terrain de soccer sont très cher.

Cette même université a récement bâti une résidence étudiante à la modique somme de CAD$7.5 millions.  Cette nouvelle résidence n’a aucune chambre accessible pour les étudiants handicapés. Si je comprends bien, le Code de la Construction du Québec dit que les nouveaux bâtiments doivent ètre accessible. Mais il est possible qu’une grande résidence pour les étudiants, bâti par une université, payé en partie par le gouvernement, n’aie pas besoin d’ètre accessible. Mais j’en doute.

Si je comprends bien, la Loi Canadienne Des Droits de la Personne dit qu’il est interdit de faire de la discrimination contre une personne à cause de leur handicap. Je vois aussi que c’est contre la Charte des Droits et Libertés de la Personne (PDF). La Commission des Droits de la Personne et des Droits de la Jeunesse dit:

Tout être humain possède des droits et libertés destinés à assurer sa protection et son épanouissement. Et tous sont égaux en valeur et en dignité… C’est ce qu’affirme la Charte des droits et libertés de la personne . Et ce sont de tels droits que vise à protéger la Loi sur la protection de la jeunesse.

Mais ces idéaux peuvent avoir pour revers la discrimination, le harcèlement, l’exploitation, l’exclusion ou, pour des enfants en difficulté, des lacunes dans les services auxquels ils ont droit.

Je ne suis pas un avocat, et ne prétends pas l’ètre non-plus. Mais on dirait qu’un nouveau bâtiment pour loger les étudiants, qui n’a aucune resources/chambres pour les personnes handicapées va contre les lois des droits humain au Canada et au Québec, même si ça ne va pas contre le code de la construction.

Puis ça nous en dit beaucoup plus que l’université aie choisi de réparer un terrain de soccer au lieu de réparer un terrain de stationement qui est dangereux pour les personnes handicappées.

Il y aura des gens qui m’accuseront de voir de la discrimination là où il n’y en a pas. Et j’accepte facilement que les individus eux-mème ne veulent pas discriminer contres les étudiants handicapés.  Mes ces actions et décisions (ou le manque d’action) prouvent que l’institution a quelque chose contres les étudiants handicapés – L’Université elle-même est coupable de pratiques qui rendent la vie difficile et dangereuse pour leurs étudiants (et employés?) qui utilisent un fauteuil roulant.

Une de ces étudiantes a dit:

Ça me donne l’envie d’abandonner mes études parce que cette école me donne l’impression qu’ils veulent se débarasser de tous les étudiants handicapés.

Cela était dit pour répondre au représentant de l’université qui avait dit “on t’oublie pas”. Cette réponse n’est pas très bonne, si l’on considère qu’il y a 3 ans de demandes pas adressées. Pour moi, c’est très semblable aux restaurants qui me disent qu’ils sont accessible, si seulement je passais par la ruelle, puis prenait l’assensseur de service. En fait l’université repousse les étudiants handicapés.

Il est très difficile de trouver un emplois quand on a un handicap. Une des manière d’améliorer ses chances est d’avoir de hautes qualifications académiques. L’université rends la vie difficile pour les étudiants avec des handicaps, au point qu’ils ne veulent plus étudier à l’UQAT.  Les actions de l’université ont un impacte sur la vie future des personnes avec des handicaps – ils n’ont pas égal accès aux études – donc un sérieux risque contre la participation dans le marché du travail.

L’UQAT devrait avoir honte de ne pas répondre mieux et rapidement aux besoins de leurs étudiants avec des handicaps.